email: Pass:

ACTUALITES




Visitez le site de l'Atelier

img



    Compte rendu d'activité 2014

    Rapport et orientations du Président

    Yanick GARNIER 

     Une AG toute particulière, pour vous peut-être, mais pour moi c’est sûr.

     Habituellement, à cette place, c’est Pascal GESLOT qui ouvrait cette assemblée générale et depuis bientôt 18 ans.

    Il y a 2 semaines pour des raisons personnelles, Pascal a donné sa démission de son poste de président.

    Membre fondateur de PARTAGE il y a 29 ans, il y a investi beaucoup de temps et d’énergie – avec cette préoccupation permanente de permettre à ceux que le monde du travail laissait en marge de retrouver une dignité par le travail même sur un temps réduit.

     Le Conseil d’Administration m’a donc élu président de Partage.

    Yanick Garnier, je suis au CA de Partage depuis 19 ans, je suis professionnellement directeur du Pôle Association des Paralysés de France Thérèse Vohl de Laval.

     Cette situation nous à conduit à renouveler la composition du bureau :

    - Secrétaire : Fabienne Tanchot

    - Trésorier : Erik Géhan

     Le CA se réunit tous les deux mois. Les débats y sont parfois animés, non pas à propos des convictions que nous partageons – l’idée que le travail est source d’équilibre personnel – de socialisation et d’accomplissement et donc de dignité/reconnaissante,  mais parce que nos réflexions sont nourris de nos diversités tant personnelles que professionnelles. C’est cette diversité qui doit être une des richesses du conseil d’administration.

    Le secteur de l’insertion par l’économie connait depuis quelques années des changements législatifs majeurs. Chaque changement nous conduit à nous interroger sur notre capacité d’adaptation  - sur la mise en place des solutions permettant de répondre à l’objet de l’association intermédiaire et Partage en particulier, pour les publics qui viennent chercher auprès de notre association des réponses à leurs problèmes.

    Véronique vous décrira dans quelques instants les évolutions, et vous pourrez apprécier les nouvelles orientations en cours.

    Aujourd’hui très clairement, il est là l’enjeu de Partage.

    Si Partage est là, 29 ans après sa création, alors que bon nombre d’autres associations intermédiaires ont disparu. C’est parce qu’elle a su en permanence s’interroger sur les meilleures réponses à apporter aux besoins des personnes qui la sollicitent.

     L’une des dernières adaptations fut la création du chantier de l’Atelier Petites Mains il y a 4 ans. Cette structure a permis de construire un  pont identifié entre les secteurs de l’entreprise (fournisseurs des matières premières – Toiles de Mayenne – TDV industrie, Tissus d’Avesnières, La Mairie de Laval …) et les clients acheteurs des produits réalisés- en passant par le travail, outil d’adaptation des salariés de Partage.

    Tout le monde a noté le changement intervenu en mai 2015, avec le déménagement du Val de Mayenne à la Place St Tugal.

     Partage est en permanence à cette charnière entre les évolutions législatives – les contraintes budgétaires et les besoins et demandes d’un public.

    C’est par sa capacité à entendre – à analyser et sa créativité que Partage assure la mission qu’elle s’est donnée il y a bientôt 30 ans.

    Cette démarche n’est une réalité que parce que les permanents de Partage sous la direction de Véronique Fouquet, restent à l’écoute et attentif aux demandes des personnes qui se présentent à l’accueil.

    Merci à eux à Laval comme à Mayenne.

     Des évolutions importantes de la législation, l’accompagnement socio-professionnel est le plus marquant.

    Le besoin n’est pas seulement de rendre accessible des heures de travail, mais aussi de créer autour de la dimension travail, les conditions de sa pérennisation, sur les conditions durables d’un maintien dans l’emploi.

     Ce virage PARTAGE a su le prendre et même si cette nouvelle donne est venue réinterroger les missions de l’association intermédiaire, il est aussi le sentiment d’un accompagnement global sur tous les leviers de l’accès au travail.

     Le déplacement des bureaux de l’association de la rue au Quartier Ferrié en 2016/2017, pourrait être l’opportunité de faire évoluer la palette des possibilités de mise au travail. Les associations intermédiaires se doivent d’être en permanence dans cet espace étroit et contraint, d’une adaptation du travail à la situation temporaire d’une personne en volonté d’insertion et d’un retour à la dignité liée au statut de salarié.

                                                         

     

    Bilan de

    L’association intermédiaire

    2014

     

     

    Rappel de l’objet de l’association intermédiaire

    Les associations intermédiaires ont pour objet l’embauche des personnes sans emploi, rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières, en vue de faciliter leur insertion professionnelle en les mettant à titre onéreux à disposition de personnes physiques ou de personnes morales. L’association intermédiaire assure l’accueil des personnes ainsi que le suivi et l’accompagnement de ses salariés en vue de faciliter leur insertion sociale et de rechercher les conditions d’une insertion professionnelle durable. 
    Association de la loi de 1901 conventionnée par l’État, l’association intermédiaire a ainsi pour rôle : 
    - d’accueillir et d’orienter les personnes sans emploi, 
    - d’embaucher des personnes en difficulté et de les mettre à disposition d’utilisateurs (entreprises, associations, collectivités locales, particuliers…), 
    - de recevoir et traiter les offres d’emploi, 
    - d’assurer le suivi personnalisé des personnes embauchées, d’organiser leur parcours de formation, de les informer sur leurs droits, …[1]

      

    1-  Les activités de mise à disposition

     

    ¿        53 958  de travail réalisées contre 57 056 heures en 2013

     35 623  heures sur Laval 

    è Soit une diminution de 8 % par rap

    18 335 heures sur Mayenne

    è Soit très légère augmentation 0.2 % par rapport à 2013


    ¿        226  personnes salariées

    166 personnes sur Laval

    60 personnes sur Mayenne

    Un total de 6 154 contrats de mise à disposition signés

    -       3 783 sur Laval

    -       2 371 sur Mayenne


    ¿        Répartition  par activité 

    Activités

    Heures

     Laval

    Heures

    Mayenne

    TOTAL

    Emplois familiaux

    - Ménage, repassage, courses

    - Petits travaux de jardinage

    20 766

    15 574

    36 340

    Entretien de locaux

    - Bureaux

    - Escaliers, communs

    9 286

    2 423

    11 709

    Bricolage, manutention

    - Peinture, tapisserie

    - Déménagement

    - Montage et démontage de meubles

    - Petit bricolage

    4914

    338

    5252

    Emplois de service collectivités

    - Ménage

    - Aide au service

    - Aide cuisine

    276

    0

    276

    travaux administratifs

    - Mise sous pli, envoi

    - Classement

    - Saisie informatique

    - Distribution de tracts

    381

    0

    381

    TOTAL

    35 623

    18 335

    53 958

     

     è En comparaison à 2013, on peut observer une baisse significative des heures sur LAVAL, essentiellement sur le secteur de la manutention et du service en collectivité (- 3 126 heures).

       

    2- Les clients   

    ¿   742  clients ont fait appel à l’association  ponctuellement ou régulièrement dans l’année, (contre 756 en 2013) : 

    Laval

    - 433 (contre 451 en 2013

    - dont 85  nouveaux clients en 2014

     

                  Mayenne

    - 309 (contre 305 en 2013)

    - dont 38 nouveaux clients en 2014

     

    Clients

    Nombre

     Laval

    Nombre

    Mayenne

    TOTAL

    Particuliers

    319

    286

    605

    Entreprises

    13

    2

    15

    Associations

    46

    11

    57

    Collectivités

    13

    3

    16

    Professions libérales

    19

    3

    22

    Commerçants/artisans

    23

    4

    27

    TOTAL

    433

    309

    742

     

    Que ce soit sur Laval ou Mayenne l’offre est toujours relativement dynamique. On accueille régulièrement de nouveaux clients.

     Concernant l’activité d’entretien du domicile, on constate une diminution des temps d’intervention. La demande s’élève autour de 2 heures d’intervention en moyenne.

     è La tendance 2015 est à la baisse sur les deux sites  (- 875 heures sur Laval et  – 1 408 heures sur Mayenne).

    Sur Mayenne, la baisse d’heures est avant tout consécutive à une très forte diminution de nouveaux inscrits et ce malgré l’aide de Pôle Emploi. Nous ne parvenons plus à honorer toutes les offres déposées à Partage.

    Sur Laval, elle concerne à la fois une diminution de clients mais également une réelle difficulté à pouvoir positionner sur les missions, les salariés en insertion que nous accueillons actuellement  à Partage.

     

     

    3-  Les Demandeurs d’Emploi accueillis


    De nombreux demandeurs d’emploi  s’adressent à l’association dans le but de pouvoir reprendre ou démarrer progressivement une activité professionnelle.

    Ils peuvent être envoyés par Pôle emploi, la mission locale, le PLIE ou d’autres prescripteurs habituels,  ou bien venir directement par le biais du bouche à oreille.

     

    Toutes les personnes bénéficient d’un premier entretien à l’accueil afin de déterminer si l’association est en mesure de pouvoir les aider. A l’issue de ce premier contact, ils peuvent être positionnés  soit sur une information collective ou être dirigés directement vers un entretien individuel.

    Quand l’association ne correspond pas à leurs besoins, ils sont  réorientés vers leur prescripteur.

     

     

    u        Les personnes accueillies à Partage

    288 demandeurs d’emploi ont été accueillis sur les sites de Laval et Mayenne en 2014.

       207  personnes sur Laval

    -  133 étaient déjà présentes dans la structure au 01.01.14

    -  28 sont venues se réinscrire 

    - 52  se sont inscrites pour la première fois

     

                    81 personnes  sur Mayenne

    -  56 étaient déjà présentes dans la structure au 01.01.13

    -  9 sont venues se réinscrire

    -  16 se sont inscrites  pour la première fois

      

    u       Les salariés  mis à disposition  

    Parmi l’ensemble des personnes accueillies, 226 personnes ont bénéficié au moins d’une mission dans l’année, 166 sur Laval et 60 sur Mayenne.

      166 personnes salariées sur Laval

    (Dont 10 réinscriptions et 36 nouveaux inscrits)

    - 125  femmes 

    -   41  hommes

     

     

     

    Hommes

    Femmes

    Total

    -  de 26 ans

    12

    11

    23

    e 26 à 50 ans

    18

    62

    80

    + 50 ans

    11

    52

    63

    total

    41

    125

    166

     

    Parmi ces 166 personnes, 19 sont concernées par le chantier éducatif de la Sauvegarde. Ils ont réalisé un total de 187 heures de travail.

     

    60 personnes salariées sur Mayenne

    (Dont 4 réinscriptions et 4  nouveaux inscrits)

                                        - 51 femmes

                                        - 9 hommes

     

     

    Hommes

    Femmes

    Total

    -  de 26 ans

    0

    1

    1

    de 26 à 50 ans

    6

    27

    33

    + 50 ans

    3

    23

    26

     

    9

    51

    60

     

      

    u Caractéristiques de l’ensemble des personnes mises à disposition

        

    Situation au regard du chômage

    TOTAL

    Non inscrits à Pôle Emploi[2]

    68

    DE depuis moins d’un an

    21

    DE depuis plus d’un an

    49

    DE depuis plus de deux  ans

    88

    Dont bénéficiaires du RSA

    72

    Dont bénéficiaires de l’ASS

    10

    Dont travailleurs handicapés

    17

      

     

    Niveau de  formation

    TOTAL

                De niveau VI

    95

                De niveau Vbis

    56

                De niveau V

    64

                De niveau IV

    6

      

    Une évolution des publics accueillis

    Depuis quelques temps nous constatons une évolution dans le public accueilli. Sur Laval, il est majoritairement composé de public migrant, arrivé depuis peu sur le territoire. Malgré une très grande volonté à vouloir s’intégrer et à travailler, nous observons que de nombreuses personnes ne  maîtrisent pas suffisamment la langue française pour démarrer sur les missions proposées aujourd’hui dans notre structure.

     

     

    4- L’accompagnement des salariés en insertion

     

    L’accompagnement des salariés en insertion

    L’accompagnement des salariés en insertion accueillis à Partage a la particularité de s’adosser aux missions de travail proposées dans la structure. Seules les personnes mises à disposition bénéficient d’un suivi.

    L’accompagnement se traduit par des actions très souvent individualisées mais aussi par des temps collectifs comme des actions de formation ou des réunions thématiques.

     

    Durant l’année 2014, l’ensemble des salariés mis à disposition ont bénéficié de diverses actions d’accompagnement en fonction de leurs besoins :

    - Entretien de suivi 

    - Préparation à l’emploi 

    - Accompagnement sur lieux de travail 

    - Evaluation individuelle

    - Formation individuelle

    - Validation des compétences 

    - Formation collective  interne« action de formation en entretien du domicile et du linge «, d’une durée de 33 heures  à destination de 8 salariées en insertion (novembre 2014  à  mars 2015)

    - Réunion thématique (droit du travail, CESU)

     

    Situation des salariés au 31 décembre 2014

    Parmi les 226 personnes salariées dans l’année :

     

    - 148 personnes étaient encore présentes dans la structure en décembre 2014

     

    - 78 personnes ont quitté la structure en cours d’année

    - 36 vers un emploi ou une formation

          - 19 jeunes du service de prévention de la sauvegarde

         -  7 personnes ont fait valoir leur droit à la retraite

         -  1 personne a  quitté le département

         -  15 personnes se sont réorientées vers un autre dispositif

      

     

    5- Evolution de la fonction d’accompagnement

     

    Pendant de très nombreuses années, l’association a du couvrir en très grande partie seule,  le financement de l’accompagnement de ses salariés en insertion.

    L’accompagnement proposé s’attachait avant tout  à permettre l’intégration des personnes sur les missions proposées à Partage et à répondre à leurs besoins au moment le plus opportun dans leur parcours. Il n’était par conséquent pas systématique.

     L’accompagnement vers un  projet professionnel plus pérenne était lui davantage assuré par les partenaires extérieurs (Pôle emploi, référents emplois etc..).

     

    En 2005, l’Etat a demandé  aux associations intermédiaires d’intégrer plus largement la fonction  d’accompagnement socio-professionnelle dans chaque structure notamment  en accompagnant davantage les salariés en insertion. En contrepartie,  chaque association recevait une aide à l’accompagnement variable en fonction du volume de l’activité et des enveloppes budgétaires.

     

    Depuis juillet 2014, l’ensemble du secteur de l’insertion par l’activité a subit une profonde réforme de son financement notamment en recevant  une aide au poste en fonction du volume d’heures réalisé par les salariés en insertion.

    Concernant l’association intermédiaire, cette aide vise avant tout à financer l’accompagnement de tous les salariés en insertion mis à disposition dans la structure, quels que soient leurs objectifs.

    L’Etat réaffirme la nécessité de considérer l’association intermédiaire comme un tremplin et non comme une fin en soi. 

     

    Cette nouvelle orientation nous a donc amené à réorganiser  l’accueil et l’accompagnement  du public, afin de la systématiser à chaque salarié accueilli.

     

    Désormais, tous les salariés mis à disposition régulièrement  bénéficient d’un accompagnement individualisé.

    Anne-Sophie GUYOT et Laure CRETON  (embauchée en renfort sur un CDD en décembre dernier) assurent cette fonction.

     

     

     BILAN

    chantier d’insertion « Atelier petites mains & Cie »

    2014 

     

     

    Rappel de l’objet du chantier d’insertion 

    Les ateliers et chantiers d’insertion sont des dispositifs conventionnés ayant pour objet l’accueil, l’embauche et la mise au travail par des actions collectives de personnes sans emploi rencontrant des difficultés sociales et professionnelles particulières. L’ACI organise le suivi, l’accompagnement, l’encadrement technique et la formation de ses salariés en vue de faciliter leur insertion sociale et de rechercher les conditions d’une insertion professionnelle durable.[3]

     

     L’atelier d’insertion « petites mains & cie », a démarré en avril 2011. Depuis janvier 2014, il est conventionné pour 10 postes par la DIRECCTE.

     Le financement de l’action est assuré par l’Etat, le Conseil Départemental, le FSE via le PLIE de Laval agglomération, et le chiffre d’affaire généré par les ventes de la structure.

     Durant l’année 2014, 19 personnes ont été accueillies sur l’atelier.

    Tous les salariés ont été embauchés via des CUI CAE ou des CDD d’Insertion sur une base de 20 heures hebdomadaire,  et la plupart du temps sur des contrats de 6 mois renouvelables.

    Au total elles ont été présentes  8 527.50 heures.

    La durée moyenne de présence dans la structure s’élève à 11 mois.

      

    Le fonctionnement de l’atelier

    Des entreprises mayennaises qui nous soutiennent

    Les principales matières premières (tissus) sont toujours fournis régulièrement et gracieusement par les trois derniers tisseurs mayennais : Toiles de Mayenne, TDV industrie et Tissus d’ Avesniéres.         

    èAfin de remercier ces entreprises, nous  avons confectionné et offert à chacun des salariés de ces entreprises, un porte-clés réalisé avec leurs propres tissus (près de 500 au total).

     La Mairie de Laval nous livre également des bâches évènementielles à partir desquels nous fabriquons différents objets (sacs, pochette etc..).

     De nouvelles matières nous sont proposées : sacs  à café, chutes de cuir, tissu spécifique (Bibliothèque Nationale de France (Sablé)) etc…

     Des contacts ont été également pris avec l’entreprise BREGER qui accepte de nous donner quelques bâches de camions usagées.

     

    Hormis nos clients particuliers qui viennent acheter en boutique, nous comptons également autour de nous,  de nouveaux  partenaires économiques qui nous soutiennent par le biais de vente ou d’achat de produits, d’échanges de savoir-faire, ou d’accueil des salariés :

    - La maison des tissus : Vente de produits de mercerie, lieu d’immersion et d’évaluation pour les salariés de l’atelier.

    - Entreprise de couture Sycéan du Genest Saint Isle qui accueille des salariés en immersion

    - Institutions (Mairie de Laval, Pays de haute Mayenne) : commandes d’objets de communication

    - Commerçants du centre-ville de Laval, petites entreprises, associations : commande d’objets spécifiques en série

               

     

    Un atelier-boutique intégré dans le centre-ville

    Depuis  novembre 2012, l’atelier est installé dans un local  loué à la Mairie de Laval,  rue du Val de Mayenne. Cependant, celui-ci  est devenu trop exigu pour continuer à accueillir convenablement les salariés. C’est pourquoi, l’association a fait le choix de déménager dans un local plus grand en mai 2015.

     

    De 10 à 12 personnes sont accueillies simultanément. Une équipe travaille les matins et l’autre l’après-midi

               

    Les jours de travail ont été « calés » en fonction des heures d’ouverture au public. L’atelier est ouvert du mardi au samedi de 8h30 à 12h30 et de 14h à 18h. Pendant la période de noël, la boutique est ouverte plus tard le soir et les dimanches autorisés à l’ouverture.

     

    Des activités professionnelles valorisantes pour reprendre une activité

    La création

    Cette fonction sensible est aujourd’hui pilotée en priorité par l’encadrement et la direction. Des personnes bénévoles peuvent venir donner de temps à autre un coup de main sur cette dimension. Les salariés en insertion  s’investissent  progressivement sur cette fonction,  au fil de l’eau, et en fonction de leur sensibilité. Ils sont  tous sollicités en priorité sur le choix des agencements de couleurs, à partir de planches de tendance. Puis avec le temps, plus assurés, certains peuvent  proposer quelques objets en lien avec les thématiques du moment, d’autres au contraire ont été sollicités pour des apports techniques. A certaines périodes, les salariés peuvent créer et fabriquer  des collections, comme les porte-clés par exemple.

     

    La production

    Aujourd’hui le stock d’objets en vente comprend de très nombreuses références. De nouveaux objets décoratifs et utilitaires voient le jour très régulièrement et viennent enrichir les collections présentées.

    La production est rythmée par un planning de production défini en fonction des saisons et des événements de l’année. Ce planning est régulièrement réajusté en fonction des demandes des clients.

    Depuis cette année nous proposons également des plannings de production individualisés pour les salariés qui se destinent à travailler en production. L’objectif est de leur permettre de progresser simultanément sur le rythme, la qualité du travail et l’auto-contrôle.

     

    La vente

    L’atelier boutique est ouvert tous les jours sauf le lundi, le mercredi matin et le dimanche. La vente est assurée en grande partie par l’encadrante et ponctuellement par des salariés en insertion qui souhaitent s’essayer ou se positionner sur cette fonction.

     

               Un encadrement technique individualisé pour progresser

    En 2014, l’encadrement technique a été assuré par Fabienne TANCHOT et Patricia GIRARD.  Patricia GIRARD en assure aujourd’hui seule la charge avec la directrice qui la relaie le mercredi après-midi.

     

    La dimension de l’apprentissage est particulièrement présente dans ce projet. Les salariés sont amenés à apprendre régulièrement de nouvelles techniques au fil des nouvelles créations et tout au long de leur contrat. Le premier mois est dédié à l’apprentissage des connaissances de base en couture (utilisation des différentes machines, des techniques de découpe, assemblage, patronage) et à l’entraînement sur des prototypes. Puis, en fonction des capacités de chacun, les salariés commencent à fabriquer des objets présentés à la vente de plus en plus complexes.  

    Afin de permettre aux personnes les plus en difficulté de progresser, différents supports pédagogiques sont mobilisés et adaptés : procédures écrites, panneaux. Cependant, on observe que c’est davantage par  la démonstration et la répétition que les salariés évoluent le plus facilement. L’invitation à l’entraide entre les salariés est aussi très mobilisée: les anciens salariés montrent souvent aux débutants comment procéder avec ou sans soutien de l’encadrement, mais avec toujours un contrôle avant le dépôt en boutique.

    Une formation en vente (accueil, conseil et encaissement) est également proposée par l’encadrante aux nouveaux salariés qui le souhaitent afin de leur permettre d’assurer cette fonction par roulement.

    Les salariés sont évalués régulièrement en terme de : savoir-faire, savoir-être, et en technique:

    -      Avant la fin de leur période d’essai.  Durant le contrat à plusieurs reprises. A la fin de chaque évaluation des objectifs et des moyens sont fixés afin de leur permettre de progresser.

    Une attestation des compétences validées leur est remise à l’issue de leur contrat.


    Un accompagnement socio professionnel pour préparer l’avenir

    Tous les salariés sans exception bénéficient d’un temps d’accompagnement personnalisé pendant le chantier.

     Articulé autour de temps individuels et collectifs, l’accompagnement  a pour visée d’amener les personnes à résoudre leurs freins afin d’envisager une insertion professionnelle plus durable à la sortie du chantier.

     

    L’accompagnement socio-professionnel et l’encadrement technique se veulent complémentaires. Des rencontres régulières entre encadrement, accompagnement et direction permettent d’échanger sur l’avancée des salariés en insertion  et de mettre en place des actions conjointes si besoin.

      

    Un accompagnement individuel, personnalisé co-construit avec le référent et le salarié

    Personnalisé, l’accompagnement prend forme à travers la mise en œuvre d’actions visant à atteindre des objectifs définis au démarrage, et ce,  tout au long du contrat.

    Un premier entretien est réalisé lors des premières semaines afin d’établir un diagnostic de la situation de la personne. La situation sociale, le parcours professionnel et les perspectives souhaitées sont alors analysés.

    Ce diagnostic permet, dans un second temps, de définir conjointement avec le référent, les objectifs à travailler au cours du contrat. A la suite de ce rendez-vous, une feuille de route, dans laquelle est répertoriée les actions à mettre en œuvre, est alors co-construite avec le salarié.

    Dès lors, des rencontres sont organisées régulièrement afin de réaliser un suivi général (situation sociale, activité à l’atelier) et travailler les points énoncés.

    La fréquence de ces rencontres correspond à un rendez-vous toutes les deux à trois semaines en moyenne, selon le besoin des personnes et l’avancée de leurs démarches. La chargée d’accompagnement étant à leur disposition, les salariés ont la possibilité de la solliciter en dehors de ces rendez-vous afin de leur faire part de leur situation ou de leur problématique (lors de son passage à l’atelier, en se rendant directement à Partage, en s’adressant aux encadrantes techniques).

     

    L’accompagnement collectif : un espace d’échange, d’entraide et d’information

    Afin d’étayer l’accompagnement, des temps collectifs de 2h sont proposés aux salariés chaque semaine (sur certaines périodes).

    Au cours de ceux-ci, les personnes ont la possibilité d’être initiées et sensibilisées à l’utilisation de l’informatique et d’internet (consultation des sites des institutions tels que la CAF, Pole Emploi, recherche d’offres, création d’une adresse électronique, utilisation de logiciel de traitement de texte). Des temps d’échanges sont aussi proposés autour de thématiques telles que la recherche d’emploi, les outils associés, la gestion budgétaire, la législation du travail, …

    Ces ateliers favorisent non seulement le partage d’expérience, l’entraide mais aussi l’autonomie dans la réalisation des démarches de recherche d’emploi.

     

    Un accompagnement social et professionnel

    L’accompagnement proposé dans le cadre de Petites Mains s’inscrit tant dans  la sphère sociale que dans la sphère professionnelle et peut prendre différentes formes selon les situations.

     

    v  Accompagnement social

    Ø  Accompagnement à la mobilité 

    Ø  Accompagnement pour l’accès au logement / déménagement :

    Ø  Accompagnement à l’apprentissage du français 

    Ø  Accompagnement administratif 

    Ø  Information et sensibilisation au fonctionnement de notre société :

    v  Accompagnement professionnel

    Ø  Accompagnement au projet professionnel 

    Ø  Accompagnement à la recherche d’emploi 

    Ø  Accompagnement à la recherche de formation 

     

     

    Les  actions réalisées par les salariés accueillis en 2014

    Parmi les 19 personnes accueillies :

    -  10 personnes ont pu réaliser un stage dans une entreprise à l’extérieur de l’atelier dans le but de découvrir un métier ou valider un projet professionnel (Hôtel, restauration, entreprise de couture, nettoyage, supermarché, blanchisserie).

    - 8 personnes ont démarré des cours en auto-école

    - 2 personnes ont suivi des formations aux compétences- clés

    - 11 personnes ont suivi des formations non qualifiantes (langue en priorité)

     

    Situation des salariées à la sortie du chantier en 2014 :

    - 4 personnes en recherche d’emploi à la sortie

    - 4 agents de nettoyage en CDD (entreprises et/ou particuliers)

    - 1 agent de production en agro-alimentaire en intérim

    - 1 opératrice de couture en CDD

                                                   

     

                               

     



    [1] http://travail-emploi.gouv.fr/

    [2] Il s’agit essentiellement de personnes bénéficiant d’autres emplois à l’extérieur de Partage notamment en CESU.

    [3] http://travail-emploi.gouv.fr

    AIDES

    - Le Revenu de Solidarité Active

    - L'Allocation Spécifique de Solidarité

    - Les aides sociales
        - CCAS de Laval
        - CCAS de Mayenne

    - Le Conseil Général de la Mayenne

 

 

 

ASSOCIATION PARTAGE 53 LAVAL/MAYENNE 2011-2012-CSS-PHP-XHTML